Soutenance thèse Julien Ailloud

Quand :
16 janvier 2020 @ 13 h 00 min – 16 h 00 min
2020-01-16T13:00:00+01:00
2020-01-16T16:00:00+01:00
Où :
Salle Annie Génovèse - Bâtiment Michel Dubois
1251 avenue Centrale 38400 Saint Martin d'Hères

Julien AILLOUD soutiendra sa thèse le jeudi 16 janvier 2020 à 13h – Salle : Jacques Cartier à la  Maison Des Langues et des Cultures

Titre : Voteriez-vous pour elles ? Identité de genre, stéréotypes et représentations sociales des leaders féminins dans la vie politique française.

Composition du jury
Mme ELISABETH DOUTRE Communauté Université Grenoble Alpes Directeur de thèse
M. Philippe SARNIN Université Lumière Lyon 2 Rapporteur
Mme Sandrine LÉVÊQUE ENS de Lyon Rapporteur
M. Fabrice GABARROT Université de Bourgogne Examinateur
Mme Annique SMEDING Université Savoie Mont Blanc Examinateur

Résumé :
Cette thèse démontre que les femmes politiques sont pénalisées en raison de leur genre : de ce fait, il leur en sera plus demandé qu’aux hommes politiques pour être un leader désirable.Les ressorts des caractéristiques attribuées à différentes femmes politiques ont été explorés en lien avec leur acceptation par les citoyens. Cette analyse du paysage politique a permis de réaliser la prédiction des intentions de vote pour les candidates, tout en expliquant ces intentions par la vision qu’ont les citoyens des femmes politiques en question : nous l’avons théorisé sous le terme de psychologie électorale. Après les avoir sélectionnées, nous avons proposé, aux participants en situation de voter, d’évaluer l’identité de genre et les stéréotypes associés à Marine Le Pen (Étude 1) – ainsi que les représentations sociales la concernant (Étude 2) – , puis à Cécile Duflot, Najat Vallaud-Belkacem et Nathalie Kosciusko-Morizet (Étude 3), à la femme politique idéale et à l’homme politique idéal (Étude 4), et nous avons enfin recueilli les représentations sociales de ces deux derniers leaders politiques(Étude 5). Les résultats nous ont permis de mettre en avant un fort favoritisme endogroupe basé sur l’appartenance politique, un sexisme à l’encontre des femmes politiques ainsi que des différences de représentations entre la femme politique idéale et l’homme politique idéal basées sur la seule différence de genre. Ces résultats nous ont amené à penser que leshommes politiques disposent d’un avantage comparatif du simple fait de leur identité degenre. Nous avons développé par la suite les bases d’une psychologie électorale qui met en avant les raisons pour lesquelles les citoyens votent ou ne votent pas pour les leaders politiques.